Blogue

L’Homme (Essay of man), Épitre II, Alexander Pope

Personnel

Sur l’isthme étroit de son état moyen,
Obscur en sa sagesse, grossier en sa grandeur,
Pour n’être que sceptique il a trop de savoir,
Trop de faiblesse aussi pour vivre en Stoïcien.

Toujours entre deux choix il reste suspendu :
Faut-il agir ou ne rien faire?
Au corps ou à l’esprit donner la préférence?
Se croire dieu ou bête?

S’il vient au monde ce n’est que pour mourir,
Et s’il raisonne c’est pour se fourvoyer,
Son âme est un chaos confus où la passion
Se mêle à la pensée.

Qui l’abuse sinon lui-même?
Qui d’autre que lui-même le détrompe?
Une part de son être fut créée pour l’essor,
Une autre pour la chute.

Maître de tout mais à tout asservi,
Seul juge du vrai, abîmé dans l’erreur,
Tout à la fois il est l’honneur, la dérision
Et L’énigme du monde.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Catégories